Histoire

Pour les amoureux des bougies…

 

Lumière romantique ou encore plan de secours en cas de panne électrique, la bougie a toujours fait partie de notre quotidien.

 

Découverte de la bougie

Il y a deux manières de définir ce qu’est une bougie. Les chandelles sont des sortes de bougies, de manière générale, mais pas de manière technique.

la chandelle a été inventée entre le 4e et 5e siècle av. JC. Personne ne sait toutefois qui l a inventée même si beaucoup pensent que ce sont les Romains. Il s’agit alors d’un objet pour éclairer qu’on utilise en faisant brûler de la graisse purifiée d’animaux.

Et c’est là toute la différence avec la bougie, qui est composée de stéarine entourée de paraffine. c’est Michel-Eugène Chevreul – français, qui invente la bougie en 1825 et qui dépose un brevet sur la bougie stéraique avec son ami chimiste Louis-Joseph Gay Lussac.

Dépotage
1825… 
Dépotage
Machine à rogner les bougies
Invention de la bougie… 
Machine à rogner les bougies
Polissage des bougies
Une industrie se met en route…
Polissage des bougies

Aujourd’hui de nouvelles compositions naturelles permettent de respecter notre environnement et surtout notre bien-être.

 

Les bougies industrielles

Composée principalement de paraffine, les propriétés des bougies industrielles sont les suivantes: benzène, désulfure de carbone, chloroforme, éther diéthylique, huiles. Toxiques, ces bougies nuisent à la santé.

 

Savez-vous vraiment comment ça fonctionne?

la mèche surélève la zone où a lieu la réaction par rapport au réservoir de combustible: la cire fondue. Si cette cire est fondue, c’est bien sûr à cause de la réaction de combustion qui dégage de la chaleur. La cire liquide grimpe alors le long de la mèche par capillarité (comme le café qui monte le long d’un morceau de sucre). L’air peut alors facilement arriver par la partie basse de la flamme, là où démarre la réaction et il n’y aura pas d’étouffement comme cela serait le cas si l’on tentait de mettre le feu à une assiette de cire fondue.. Les particules de carbones (la suie) séparées des molécules de cire peuvent alors brûler en donnant cette couleur orangée. La température dans la partie haute peut atteindre de 1100 à 1400°C. Si le niveau de cire ne baissait pas, la mèche ne serait donc jamais brûlée, elle ne sert qu’à amener le combustible au lieu de réaction.